Damon Albarn

Tags

, ,

Est-il vraiment nécessaire de présenter Damon Albarn? Et bien je crains que oui puisque la notoriété de son nom est apparemment plus faible que les dizaines de chansons dont il est responsable et qu’en revanche tout le monde a déjà entendues.

Damon Albarn donc, c’est bien sûr le chanteur de Blur, groupe phare des années 90 qui selon moi, mais je vais me faire des ennemis, a gagné haut la main sa guerre contre Oasis. Et puis ensuite c’est Gorillaz, groupe phare des années 2000 tant par la fusion accomplie des styles musicaux que par la place accordée à l’esthétique cartoonesque des clips et concerts. Enfin, et menant tout ça de front, notre homme est aussi à l’origine de plusieurs projets: les supers groupes Rocket Juice and the Moon (avec Flea des Red hot et Tony Allen) et The Good the Bad and the Queen (avec aussi Tony Allen à la batterie, Simon Tong de The Verve et Gorillaz à la guitare et surtout Paul Simonon des Clash à la basse)  ou encore des partenariats avec des musiciens africains concrétisés notamment par l’excellent album Mali music. Damon Albarn a même fait des opéras qui ne sont en revanche pas représentés dans cette compil, faut pas pousser…

Et enfin un tel appétit et surtout un tel talent le conduisent évidemment à être invité par différents artistes pour contribuer à leurs albums et c’est là que se trouvent dans cette compil des pépites qui auraient peut-être échappé au plus grand nombre: chez Tony Allen et Massive Attack notamment. Et par ailleurs il est même producteur mais cela pourrait faire l’objet d’une autre compil….

Choix difficiles évidemment dans tout ça et une petite prédilection de ma part pour les passages plus calmes de l’œuvre du Damon qui siéent à sa douce voix. Au final une sélection d’une soixantaine irréductible de morceaux rangés par ordre purement chronologique pour continuer à mettre en tête dans les années à venir ses nouveautés qu’on espère encore nombreuses, à commencer par un premier album solo en bonne et due forme qui sort ces jours-ci et dont les premiers single inaugurent la playlist.

Paf

les liens pour accéder aux playlists directement sur les sites de streaming et que vous pouvez suivre:

http://www.deezer.com/playlist/814670711

http://open.spotify.com/user/1161902166/playlist/5yvxWsd9NbHIY2TP22FURA

Nirvana (reprise)

Tags

, , , , , ,

  20 ans déjà que Kurt Cobain a pris la poudre d’escampette, laissant une veuve platine, une fille et des millions d’orphelins dans le monde entier. Pour commémorer ce grand angoissé, et pour accompagner l’expo de Youri Lenquete visible à Paris ces jours-ci présentant la dernière séance photo du groupe, il fallait bien que l’on fasse deux compils. L’une vous fera découvrir les compositions de Nirvana sous un nouveau jour, celui des reprises,  avec comme parti pris le respect (approximatif) de l’ordre des morceaux sur les albums originaux, et surtout la plus grande différence possible entre original et reprise. Des versions acoustique, world, soul, electro, jazz et même reggae (!) de chansons que nous avons tant (trop) aimé dans nos jeunes années, qui soulignent le talent de mélodiste pop de Kurt. Peu de stars, si ce n’est Hole, Tricky, Herbie Hancock ou Sonic Youth .

http://www.deezer.com/playlist/836215181

 

La seconde compil vous fera sans nul doute découvrir certains des originaux des reprises qui émaillent les LP, singles et lives de Nirvana : le groupe préféré de Cobain, les obscurs écossais de The Vaselines; les groupes "alternatifs" Meat Puppets, Devo, Wipers, The Cars, Fang;  le bluesman Leadbetter. Sans oublier les années 70 avec David Bowie, Iggy Pop, Led Zeppelin, The Doors, The Who. Et enfin je vous laisse deviner où se cache la pseudo-reprise qui aura valu au groupe un procès pour plagiat… Ces compils sont à réécouter sans modération car chaque plateforme héberge des versions différentes de plusieurs morceaux.

     

http://www.deezer.com/playlist/836119251

Quand tu fais du sport

Tags

, , ,

Et voici le printemps, les oiseaux, les terrasses, les weekends de mai qui se préparent.

C’est aussi le temps des pubs anti-cellulite et des régimes du type « perdre 12 kilos en 72 heures ». Passé l’hibernation où tu t’es enfilé une dizaine de raclettes et de tartiflettes, tu te mets à culpabiliser un poil. La solution : se (re)mettre au sport.

À 15 ans, le sport tu n’as pas le choix, tu en as 4h par semaine et ce n’est pas une partie de plaisir. Rappelle-toi les cours de rugby en plein hiver après une grosse averse. Mais au moins, ça te fait sortir de tes salles de cours lugubres et soporifiques.

À 20 ans, le sport c’est :

  • nager 50m le crawl en vacances (pas plus de toute façon, ton cœur bat déjà à 210 bat/min, merci qui, merci chère clope),

  • sprinter pour ne pas louper ton bus, tram, métro, train, bref,

  • prendre le vélo plutôt que la voiture pour rejoindre tes potes (moins de risques hein !),

  • ou encore t’essayer au ping (beer) pong.

Passé 25 ans tu comprends ton erreur, en regardant ta zone abdo-fessiers, qui a clairement muté depuis ton adolescence. C’est comme si, un méchant lutin avait fait fondre tous tes muscles lentement, en ne laissant que le gras de tes McDos et du houblon absorbé. Bizarre, pourtant tu en as pris des légumes pendant cette décennie …

Il arrive donc ce moment décisif où tu remplaces tes apéros par quelques heures de sport, et curieusement, tu apprécies de cracher tes poumons et de suer à grosses gouttes. Tu en sors même serein, (trop cool les endorphines).

Voici donc ma playlist perso, rien de très nouveau mais surtout beaucoup de rythmes avec LCD Soundsystem, Prodigy, The Shoes, Georges Guelters, Ratatat. Mais aussi du son de biatch avec le très distingué « Work Bitch » de Britney, et puis Beyonce, Fergie, Azelia Banks et j’en passe.

Une fin de compilation plus rock, parce que se défoncer (en s’exerçant) sur un titre de White Stripes ou d’Offspring, ça marche aussi.

Une compil qui aura forcément une suite vu l’étendue de morceaux appropriés.

Allez, je vous laisse, je vais aller me muscler … enfin plutôt demain.

http://grooveshark.com/playlist/Quand+Tu+Fais+Du+Sport/96738638

 

Les génériques de série

Tags

, , ,

Peu démentiront si on affirme que les séries TV ont pris une place toujours plus prépondérante dans nos loisirs ces derniers temps. Certes, la qualité des séries joue énormément, mais la musique a aussi une grande place dans le succès qu’elles rencontrent. On s’intéresse ici seulement aux génériques et seulement aux chansons à l’exclusion des musiques originales composées pour la série (avec l’exception de Mogwai pour les Revenants). Les players ne mentionnent pas toujours le nom de la série, à vous de jouer pour le retrouver! Cette playlist, plus que tout autre, est propice à se faire un bon petit blind test.

Au programme, de vieux classiques en ouverture et en fermeture avec, je l’avoue, quelques morceaux difficiles à réécouter avec plaisir  (Friends, Queen, Love Boat, Mariés deux enfants, Ally Mc Beal, etc.), mais en dehors de cela que des chansons qui valent beaucoup mieux que leur utilisation télévisuelle. Quelques tubes: les Who issus des Experts, Aloe Blacc pour How to make it in America ou encore Massive Attack pour House… Des séries récentes comme True Detective (avec The Handsome Family) ou Suits (Ima robot), un peu vieillies comme Charmed (une reprise par Love spit love) et le Prince de Bel Air (Will Smith) ou des œuvres carrément old school: Twin peaks (Julee cruse en réalité le grand Angelo Badalamenti) ou les Années Coup de Coeur (le superbe Joe Cocker).

Et puis de vraies petites découvertes: Futurama a repris un thème de l’ancêtre de l’electro Pierre Henry; le court générique de l’excellente série 2 broke girls est en réalité une chanson de Peter Bjorn and John; les géniaux RJD2 ont été repris pour Mad Men; les tout aussi bons Psapp pour Grey’s Anatomy (Cosy and the rocket seulement en version non originale)… Et dans tous ces cas, ça fait bien plaisir d’écouter davantage que les 30 secondes réglementaires.

A noter encore – on en passe et des meilleurs – l’excellente série Canal+ Kaboul Kitchen qui est représentée avec son générique de début (Kid Congo) et celui de fin (Sporto Kantès!); Diving with Andy pour Maison close et  Weeds dont on a choisi la plus commune parmi les dizaines de reprises.

http://www.deezer.com/playlist/529831875

1964

Tags

, , , ,

Dans le souci de coller à l’actualité (!), nous entamons une série de compils rétrospectives. Remontons donc cinquante ans en arrière. Les yéyés font  fureur, mais rassurez-vous, ici leur portion est congrue. L’année 1964 est dominée du point de vue des charts par les Beatles qui sortent deux albums et pleins de simples. Les Rolling Stones font surtout des reprises, comme Johnny qui reprendra avec succès LE tube des Animals, en transformant pour l’occasion un bordel en pénitencier. Vous allez peut être mettre un nom sur des mélodies que vous connaissez sûrement (Mary Wells, The Supremes, Manfred Mann, Stan Getz) , et si vous êtes suffisamment vieux pour vous souvenir de ce qui passait à la radio en 1992, le riff de piano de Herbie Hancock devrait vous dire quelque chose (à vous de farfouiller sur whosampled.com pour les détails). En revanche, certains morceaux  seront probablement des découvertes (Beach Boys, Dusty Springfield, The Hollies, Joan Baez, The Wailers). Côté grenouille, un mec qui raconte sa vie, le trio Brel-Brassens-Ferré dans des styles différents et la romantique Françoise Hardy qui fera fantasmer de nombreux Anglais…

Et 65 sera encore mieux…

http://www.deezer.com/playlist/817495591

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.