La musique des pubs

[gigya src="http://grooveshark.com/widget.swf" width="350" height="350" wmode="window" allowScriptAccess="always" flashvars="hostname=cowbell.grooveshark.com&playlistID=88200440&bbg=000000&bth=000000&pfg=000000&lfg=000000&bt=FFFFFF&pbg=FFFFFF&pfgh=FFFFFF&si=FFFFFF&lbg=FFFFFF&lfgh=FFFFFF&sb=FFFFFF&bfg=666666&pbgh=666666&lbgh=666666&sbh=666666&p=0" ]

Voici une compilation importante puisqu’elle est un peu à l’origine de Mixellanée. C’est en effet au creux de l’été 2012 en comatant devant les JO, et donc en regardant la télé davantage en quelques semaines que pendant les nombreux mois précédents, qu’une playlist des meilleurs chansons de pub et, par extension, l’idée de ce blog ont émergé.

C’est aussi une compil qui symbolise notre relation à la musique : l’oreille tendue en permanence pour reconnaître ou découvrir quelque chose. Il faut d’ailleurs reconnaître notre dette à l’excellent site Musiquedepub.tv et à Shazam sans qui ce serait autrement plus compliqué d’identifier certains titres. En revanche, nous nous sommes peu aidés des compilations entières de marque qui sortent en CD : de Levi’s, on n’a guère retenu que le titre de Smoke City, parfait morceau de soirée d’été ensoleillée, (et groupe dont il faut écouter tous les albums) ; et d’Air France le superbe morceau des Chemical Brothers chanté par Mazzy Star… Le phénomène, on l’aura compris, est d’une grande ampleur, d’autant plus qu’à la télé aujourd’hui – la suppression de Taratata le confirme – la musique n’a plus vraiment d’autre place que dans la publicité. Quelle émission fait aujourd’hui découvrir des artistes mieux qu’un spot?

La pub peut même flirter avec la réalité du marché de la musique en comblant ce vide : en romançant par exemple la carrière de la jeune Irma qui doit beaucoup à Google ou en mettant en scène la fausse vie de Mai Lan pour SFR. Peut-être le danger arrive-t-il alors au moment où les artistes ne vendent plus leur musique à la pub, mais quand la pub devient, dans la conscience collective et dans l’industrie de la musique, le seul media capable de faire émerger un artiste. De gros succès ont vu le jour à la seule grâce d’une bonne pub, c’est le cas de Yael Naïm avec New Soul pour Apple, mais aussi des franco-finlandais de The Do pour les cahiers Oxford.

Cette logique a déjà atteint ses limites et ne marche pas toujours quand par exemple une marque commande une chanson, comme tel était le cas avec le pourtant doué Mark Ronson pour l’« hymne » des JO 2012 (en réalité la bande-son des spots Coca). Une chanson moche comme tout qui n’a pas sa place ici.

Enfin, dans cet exercice le pire est le détournement : la reprise de l’air avec des paroles commerciales. Combien de chansons sont complètement ruinées par une pub dont la postérité est plus grande que celle du titre original. Le meilleur exemple est le beau You are the sunshine of my life de Stevie Wonder,  qui est devenu pour tous « le soleil du crédit » de Cofidis… Tentative de réhabilitation donc ici, aussi pour Bill Withers et le Caprice des Dieux ou encore pour Katerine qui, fidèle à lui-même, a fait du burlesque en vendant son 100 % Vip à La vache qui rit.

La playlist est déjà trop longue, mais pourtant loin d’être exhaustive, elle au contraire très subjective. On la complètera d’ailleurs au fil de vos suggestions et des nouvelles pub à l’antenne. Difficile de trouver un ordre : purement chronologique cela aurait peu de cohérence, même si les morceaux de spots récents sont les plus énergiques et mis plutôt au début avec notamment la sur-utilisée electro française de Kavinsky, C2C, M83, souvent pour les bagnoles et la téléphonie. Mais la compil est donc mixée par style, après un peu d’electro-pop, cela se calme au bout d’une vingtaine de morceaux au profit de la neo-folk et de titres sensuels qui collent bien aux parfums ou aux cafés (le génial Breathe de Telepopmusik).

Un peu de radio aussi avec les habillages SFR, Jameson ou Casino fournis par de trop méconnus artistes récents très appréciés par Mixellanée, respectivement Revolver, Smooth et Brisa Roché.

Quelques titres inclassables sont mis à la toute fin de cette playlist, souvent de véritables perles, où la fusion parfaite se fait entre un beau spot et un joli morceau. Ils permettent de découvrir des artistes comme Sufjan  Stevens pour Red Bull, Gonzales pour BforBank, Karen O pour Nike, Archive pour BeIn sport…

Pour varier les plaisirs, on a mis ci-dessous dans une compil séparée de tous ces morceaux assez récents,  les musiques de Pub « Oldies » c’est-à-dire des années cinquante à quatre-vingt. Des chansons remises aux goût du jour par les annonceurs. Au programme, des classiques des années 50, 60 ou 70 comme les Stones ou Bowie mais également des découvertes comme l’original de la fameuse pub DIM. Un intrus se glisse aussi, Nick Waterhouse est un petit jeune, mais son morceau Some place sonne vraiment comme un vieux Sonics, c’en est étonnant.

Impossible de décrire tous les morceaux, à vous de jouer pour deviner d’où ils viennent et pour en conseiller de nouveaux. Ces compils sont en effet perpétuellement mises à jour et il faut dont les suivre au choix sur Deezer, Spotify ou Grooveshark.

[gigya src="http://grooveshark.com/widget.swf" width="350" height="350" wmode="window" allowScriptAccess="always" flashvars="hostname=cowbell.grooveshark.com&playlistID=89158257&bbg=000000&bth=000000&pfg=000000&lfg=000000&bt=FFFFFF&pbg=FFFFFF&pfgh=FFFFFF&si=FFFFFF&lbg=FFFFFF&lfgh=FFFFFF&sb=FFFFFF&bfg=666666&pbgh=666666&lbgh=666666&sbh=666666&p=0" ]

http://www.deezer.com/playlist/533545805

Publicités

2 réflexions sur “La musique des pubs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s