Morts de 2016

Comme disait l’impayable humoriste Georges Marchais (ou le dirigeant communiste Le Luron, je ne sais plus…) : c’est un scandale ! A double titre : ça fait presque un an que je n’ai pas publié de billet, et pendant ce temps ce fut l’hécatombe chez les musiciens. Le seul maigre bénéfice en résultant est de me fournir quelques grands noms pour ma compil-hommage de début d’année. Jugez-en plutôt: qui ne connaît et n’apprécie Bowie, Prince, Leonard Cohen, George Michael, Billy Paul, Michel Delpech ? Sans compter les membres de groupes célèbres: le guitariste des Wings, celui de Status Quo, Glenn Frey, membre fondateur et moustachu des Eagles, le clavier Bernie Worrell de Parliament/Funkadelic,  Hubert Mounier qui incarna L’Affaire Louis Trio, Maurice White d’Earth, Wind and Fire, Scotty Moore qui signa les tubes d’Elvis Presley à la guitare, le guitariste original des Beastie Boys ou encore l’ancien batteur de Megadeth .

Et puis, sur une note plus personnelle, je déplore la disparition de deux musiciens peu connus du grand public aujourd’hui (pour cause de musique « exigeante » probablement) mais qui vendirent quelques millions d’albums tout de même et remplirent des stades. Le chanteur et guitariste Greg Lake (inoubliable voix du premier album de King Crimson) et la véritable rock-star du clavier Keith Emerson formèrent le trio Emerson, Lake & Palmer dans l’objectif de marier musique classique et rock. Le groupe a donc droit à 2 titres mettant chacun en valeur le talent respectif des deux trépassés.

Un autre monument du rock, le psychédélique Jefferson Airplane, a subi la perte de deux de ses membres. Par une bizarre coïncidence sont morts le même jour et au même âge Paul Kantner (chanteur-guitariste, pilier du groupe) et Signe Anderson qui assura le chant sur le premier album du groupe avant de céder la place à Grace Slick qui donna son empreinte vocale au groupe.

Je m’en serais voulu d’oublier le pianiste blues sudiste Leon Russell et le moogiste précurseur et loufoque J.-J. Perrey  (Paf et Matt Groening m’auraient sermonné) ! Quelle année maudite !

Comme chaque année, j’ai enfin associé un nom à un morceau bien connu (cf. The Whispers, Pierre Barouh, The Mar-Keys) et fait quelques découvertes: l’hénaurme Blowfish, l’origine d’un classique des années 80 (Prince Buster), Sharon Jones et son revival sixties Motown à s’y méprendre, Wild Horses et la muse érotico-psychédélique  Gilli Smyth. Sans oublier quelques instrus assez funky (Alphonse Mouzon) ou juste magnifiques (Rob Wasserman). Parmi tous ces messieurs j’ai convié une suissesse inspiratrice du rock féministe des années 80 (Kleenex), et une tsigane macédonienne (Esma Redzepova) pour accompagner Léo Marjane qui se sent Seule ce soir.

Allez , « do svidanya » comme diraient les Choeurs de l’Armée Rouge.

http://www.deezer.com/playlist/2672820864?utm_source=deezer&utm_content=playlist-2672820864&utm_term=108214671_1488295994&utm_medium=web

Publicités

Une réflexion sur “Morts de 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s